CAMAQ logo
LA référence en développement de la main-d’oeuvre

À propos Histoire du CAMAQ

Une concertation unique et constructive

Pour connaître toute l’histoire du CAMAQ,
téléchargez le document

Les 30 ans du CAMAQ
Rêver grand, Voir loin


Dès sa création, le CAMAQ a misé sur une approche paritaire réunissant employeurs et syndicats et sur la mise en commun des forces de chacun des acteurs clés de l’aérospatiale au Québec.



Au début des années 80, une crise économique pousse les milieux industriels et politiques à développer une culture d’échange et de coopération accrue. Le CAMAQ sera parmi les premiers à adopter une approche prônant la concertation entre le gouvernement, l’industrie, les syndicats et le milieu de la formation afin de planifier le développement d’une main-d’oeuvre spécialisée qui permettra la croissance d’un secteur industriel à haute valeur ajoutée et très concurrentiel à l’échelle mondiale.

De 1983 à 1994, le CAMAQ devance de dix ans la politique québécoise de la main-d’oeuvre, basée sur une approche sectorielle et paritaire. Il changera d’Ailleurs de nom en 1993 et deviendra le premier Comité sectoriel de cette nouvelle politique. Il servira en quelque sorte de modèle pour l’ensemble des secteurs économiques du Québec.

À l’avant-garde des nouvelles pratiques



En 1990, l’Américain Michael E. Porter, professeur de la Harvard Business School, publie The Competitive Advantage of Nations. Spécialiste de l’Analyse des facteurs concurrentiels dans un environnement global en voie de transformation, il développe dans son ouvrage le concept novateur et porteur des pôles de compétitivité, appelé aussi grappes industrielles.

Le CAMAQ a joué un rôle de précurseur : l’industrie aérospatiale au Québec est devenue l’exemple d’une grappe bien implantée sur son territoire, efficace grâce à une étroite collaboration entre tous les partenaires et son appartenance aux réseaux internationaux.

Détenir une place distincte sur le marché international en aérospatiale exige une concertation à tous les niveaux. Le CAMAQ a réussi à dégager des consensus sur les plans de la formation de la main-d’oeuvre, sur l’importance de la recherche et développement, de l’Amélioration continue et de l’innovation, qui ont agi comme leviers pour mobiliser l’industrie et mettre en place des solutions concrètes profitables à tous.

Par la mise sur pied de sous-comités et de groupes de travail dans tous les domaines névralgiques de l’aérospatiale, le CAMAQ a développé un modèle de fonctionnement branché directement sur les préoccupations des employeurs et des travailleurs et sur les réalités du milieu de l’Aérospatiale au Québec. Cette approche lui a permis d’identifier des solutions concrètes et viables et de rassembler les forces vives du milieu autour d’objectifs communs.

Le CAMAQ a aussi contribué à faire connaître l’Approche sectorielle au Québec et au Canada. En 1999, le CAMAQ participe à la création l’Association des comités sectoriels, qui deviendra le Réseau québécois des gestionnaires de comités sectoriels. Il concourt également à la création du Comité aérospatial canadien, en collaboration avec Développement Ressources Humaines Canada, qui regroupe le CAMAQ, l’Ontario Aerospace Council, le Manitoba Aerospace Human Resources Coordinating Committee et les trois grands syndicats canadiens de l’aérospatiale – l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’Aérospatiale (AIMTA), le Syndicat national de l’Automobile, de l’Aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et travailleuses du Canada (TCA) ainsi que le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP).